DALTON Hattie, Third Star, 2010

Third Star - Hattie DaltonSynopsis :

James (Benedict Cumberbatch), un jeune homme atteint d’un cancer en phase terminale demande à ses trois meilleurs amis - Davy (Tom Burke), Bill (Adam Robertson) et Miles (J.J. Feild) – de partir camper avec lui une dernière fois à Barafundle Bay, une plage de la côte du Pembrokeshire. Assailli par la douleur, James ne peut marcher sans aide et, pour tenir le coup, avale de la morphine liquide altérant ainsi sa perception de la réalité. Alors qu’il est sur le point de mourir, et ne reviendra pas de cet ultime voyage, ses amis, aveuglés par leurs propres soucis pensent seulement participer à une nouvelle randonnée entre copains.

Mon avis :

J’ai découvert ce film (jamais sorti en France), il y a un peu plus de six mois, alors qu’il passait sur le site de replay de la BBC. Assaillie par les reichenfeels, j’étais curieuse de découvrir Benedict Cumberbatch dans un autre rôle, pour patienter le temps du grand hiatus. A l’époque, je n’avais pas eu envie d’en parler sur ce blog. Les quelques lignes publiées en anglais sur le sujet et les quelques paroles échangées avec l’auteur (Vaughan Sivell) et la réalisatrice (Hattie Dalton) m’avaient suffi. Avec le recul, je réalise que je tiens vraiment à partager ce film avec mes lecteurs francophones.

Je ne vais pratiquement jamais au cinéma et j’ai des goûts particulièrement difficiles en la matière. Alors, si je vous parle de Third Star aujourd’hui, il faut que vous compreniez bien que c’est parce que ce film m’a profondément marquée. Non seulement il m’a bouleversée lorsque je l’ai découvert, mais même six mois plus tard, il me hante encore.

Je me souviens encore, qu’une fois le film fini, je suis restée un bon quart d’heure, roulée en boule sur mon canapé, complètement choquée, incapable de réagir, pleurant et m’étranglant dans mes sanglots sans pouvoir m’arrêter ou même m’en rendre compte. L’immeuble aurait pu exploser, je ne m’en serais pas rendue compte. Ce film m’a littéralement laissée dans un état second. Alors que j’adore faire des pauses lorsque je visionne quelque chose, le temps de réfléchir, d’analyser ce que je viens de voir, de prendre des notes, de commenter… là, je suis restée totalement figée face à mon écran dès les premiers instants et longtemps après la fin du film. Ce film vous prend aux tripes et ne vous lâche pas, jamais.

Et même six mois plus tard, les mains tremblantes, je suis obligée de prendre sur moi pour ne pas pleurer alors que je rédige ce billet. Pourtant je savais très bien, dès le départ, comment l’histoire de James se terminerait. Je sais bien aussi que James nous demande justement à plusieurs reprises de ne pas se laisser terrasser par la douleur et la tristesse, en particulier avec ces deux répliques (l’une ouvrant le film ; la seconde le refermant) The sickness may be mine, but the tragedy is theirs [...] Remember that you were loved by me and that you made my life a happy one. And there’s no tragedy in that.  mais c’est plus fort que moi. Ca n’est pas juste un film qu’on regarde puis que l’on range dans un coin de sa tête. Une fois découvert, on vit littéralement avec, avec le souvenir de ses personnages. Ce film fait maintenant partie de moi, il m’accompagne littéralement au quotidien, comme un compagnon fidèle. Je ne peux pas et ne veux surtout pas me le sortir de la tête.

Je pourrais vous le disséquer très froidement, m’attarder sur la beauté des paysages gallois qui répondent parfaitement aux émotions des personnages. Je pourrais ensuite m’attarder sur les personnages si vrais, si sincères, si touchants et la façon dont ils sont superbement interprétés (Benedict Cumberbatch nous offre une prestation à couper le souffle). Je pourrais aussi vous parler de l’histoire, si simple, si tragique mais aussi terriblement drôle par instants ; au milieu de mes larmes, j’ai souvent souri et même parfois franchement ri au cours du film. Je pourrais enfin vous parler de cette fin, bouleversante et parfaite, sublime et évidente… mais je n’en ferais rien parce que toutes ces choses, aussi merveilleuses soient elles ne sont pas ce qui compte le plus pour moi dans ce film.

Bref, un coup de coeur absolu pour ce chef d’oeuvre. Je pourrais encore disserter longtemps mais je n’en ai pas envie parce que j’ai l’impression que tout ce que je pourrais dire ne rendrait pas suffisament justice à ce film. Il faut le regarder, le vivre, l’adopter.

D’autres avis : à venir… (laissez-moi vos liens)

le site officiel du filmla page Facebook du filmSuivre le film surTwitter, un site français consacré à Benedict Cumberbatch

Acheter le DVD sur Amazon

Rendez-vous sur Hellocoton !

À propos de Méloë

They solve crimes, I blog about it and you'd be lost without me.

Publié le 6 décembre 2012, dans cinéma, et tagué , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 13 Commentaires.

  1. oh mon dieux benedicttttt *0* dans stars trek il à la classe et la encore!! Cette acteur est incroyable *0*

    • Mouaaahaaa! Je savais qu’avec cet article les Cumberbabes allaient débarquer ^^ Pour en revenir à Third Star, sa performance y est absolument époustouflante, bouleversante. Pour moi, c’est franchement un des plus grands acteurs que l’on connaisse aujourd’hui. Et puisque tu évoques Star Trek justement, je suis super heureuse de voir que son talent est vraiment reconnu (et pour qu’il est l’honneur d’apparaitre seul sur l’affiche, il doit vraiment avoir impressionné l’équipe du film) par ceux qui importent dans le métier et qu’on l’engage sur de tels projets. Bon personnellement, je suis plus petites productions un peu obscures que gros blockbusters mais il ne faut pas se leurer ce sont les gros blockbusters qui permettent aux acteurs de gagner leur vie sans (trop) se soucier du futur et d’être reconnu auprès du grand public.

      • surtout qu’il devais être le docteur dans doctor who, si il avais accépter il n’aurais pas jouer dans tout ses films car le contra dure 5 ans je crois, c’est vraiment un acteur super, à chaque rôle qu’il interprète c’est magique et on ne s’y attend pas du tout, il joue aussi dans the hobbit (il joue souron, l’oeil de sauron et le dragon) donc les anglish revienne en force :p

        • Pour le Hobbit, je savais qu’il doublait Smaug mais je ne savais pas pour Sauron…
          Et effectivement, les artistes et productions britanniques ont un joli succès en ce moment en France, ce qui en tant qu’angophile incurrable ne peut que me réjouir.

          • oui je m’en suis rappeler après :), se que je trouve dommage c’est que les américains font que des remake des série britannique alors qu’ils parle la même langue @___@

            • Ils ont la même langue (et encore, on trouve de vraies différences entre l’anglais britannique et l’anglais américain) mais pas la même culture. Les séries britanniques marchent bien chez eux, mais je crois qu’ils ont sincèrement de (re)faire aussi les choses à leur façon pour pouvoir s’y reconnaitre, qu’elles collent mieux à leurs goûts, à leurs valeurs. Partager une langue ne fait pas tout.
              En outre, ils ont une histoire très courte, donc un certain besoin/envie de se rattacher à des éléments culturels de pays ayant une histoire plus ancienne que la leur.
              Enfin, si on regarde l’ensemble de la production américaine (ce qui représente des quantités impresionnantes d’oeuvres par an), il y a beaucoup de trucs totalement inédits. C’est juste que ça ne sont pas forcément les oeuvres qui arrivent jusqu’à nous.

  2. Grâce à ton billet, j’ai eu envie de voir le film et… je comprend parfaitement ce que tu y as décrit. Je suis encore en train de pleurer, je ne sais pas si on peut s’en remettre. Certainement mais… En tout cas, merci.

    • Ton commentaire me fait extrêmement plaisir. Je ne me réjouis pas de tes larmes, hein, mais je suis juste super heureuse de t’avoir donné envie de voir ce film et qu’il t’ait autant plu et touchée. Ce film est tellement magnifique et bouleversant et unique…
      Puisque tu as un compte twitter, je vois, n’hésite pas à laisser un petit mot à l’équipe du film : cela leur fait toujours plaisir de savoir que leur film est apprécié et ils répondent très souvent.
      Merci pour ton passage.

  3. Merci pour cet article, je suis exactement dans le même état d’esprit que toi. J’ai découvert Third Star très récemment, tout à fait par hasard avec une fanvid et lorsque je l’ai enfin vu en entier, j’ai eu l’impression que le monde s’écroulait. Il a creusé un vide énorme en moi, un sentiment de manque que je ne peux expliquer, comme si moi aussi j’avais perdu James. Tu résumes tellement bien les sentiments que l’on peut éprouver après l’avoir regardé… Moi non plus, je ne peux pas arriver à en parler rationnellement, je crois qu’il n’est pas possible de l’expliquer aux gens tant le sujet est finalement simple. C’est par sa mise en scène et surtout son interprétation qu’il sort du lot, vous file une grande claque, vous tord les boyaux et vous brise le cœur irrémédiablement. il FAUT voir ce film, il FAUT le faire connaître autour de soi, c’est un impératif, une nécessité absolue, on ne peut plus être tout à fait pareils après l’avoir vu.
    lilas Cumberbatch à écrit "je ne sais pas si on peut s’en remettre", personnellement, je n’en suis pas encore remise et d’ailleurs je n’ai aucune envie de m’en remettre, je l’ai déjà regardé X fois (dsl j’ai perdu le compte), tout où en partie depuis une quinzaine de jours que je l’ai découvert, je l’ai mis sur tous les supports vidéos dont je dispose afin de l’avoir toujours sous la main… En résumé si j’avais à garder un seul film, ce serait celui-là.
    Tous les interprètes y sont formidables, mais encore une fois, Bénédict Cumberbatch plane à des hauteurs inimaginables au dessus de tous les autres (pardon pour eux). Cet acteur dont je n’avais presque jamais entendu parler avant Sherlock (je l’avais tout de même remarqué et apprécié dans Fortysomething où il jouait le fils de Hugh Laurie), ne cesse de me surprendre par sa justesse, sa classe, la perfection de toutes ses interprétations. Je me suis jetée avec un appétit féroce sur tout ce que j’ai pu trouver de ses œuvres précédentes et de Hawkings à Amazing Grace en passant par Van Gogh, To the end of the worlds et tant d’autres, sans oublier Inséparable un court-métrage qui vous arrache le cœur également, ou le récent Parades’s end, ses interprétations théâtrales (voir Frankestein par ex.), radiophoniques, ou Star Strek que j’avoue être allée voir uniquement pour sa présence, mais où il m’a stupéfiée par sa capacité à se couler aussi parfaitement dans ce rôle pourtant aux antipodes de ce qu’il joue habituellement. Je pense très sincèrement qu’il est en train de devenir, (s’il ne l’est déjà) un des, où même LE meilleur acteur de sa génération.

    Pour en revenir à Third Star, ce film vous émeut, vous fait rire, vous fait pleurer, vous brise le cœur, paradoxalement il vous donne aussi une formidable leçon d’espoir, de vie et d’amour, et accessoirement vous donne aussi l’envie de découvrir le Pays de Galles :) et au bout du compte, reste gravé en vous à jamais!

    • Bonjour Lilou et merci pour ce très long commentaire.

      Je suis ravie de voir que Third Star t’a touchée à ce point. Ce film continue de me hanter, mois après mois et tout comme toi, je ne cesse d’être émerveillée par les différentes interprétations de Benedict Cumberbatch. Je pense vraiment qu’il s’agit du meilleur acteur de sa génération. Il passe d’un rôle à l’autre avec une telle aisance apparente ! Il donne littéralement vie à ses personnages. je n’ai pas encore vu Star Trek, mais il est certain que je comblerai cette lacune dès que possible.

      Et puis, je découvre que tu fanfictionnes ! Je n’ai pas le temps de regarder cela dans l’immédiat, mais j’enregistre ton lien dans mes favoris car j’adore les fanfics !

  4. Oui, je fanfictionne, et je fanvidéote aussi à l’occasion :) même si j’ai moins de temps qu’avant à y consacrer… Et devine quels sont mes sujets principaux, depuis quelques temps ? ;)

La parole est à vous !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 1 270 autres abonnés

%d bloggers like this: